Logo-Ultimate-Physical-1

Boutique

Suivez-nous sur Facebook

Catégorie : Nutrition

19 septembre 2022 par comdgan 0 Commentaires

Arthrose et Phytothérapie

La phytothérapie est une des plus anciennes médecines du monde. Elle est directement utilisée pour en extraire des principes actifs ou sert de modèle à la fabrication de molécules chimiques. En effet, les plantes constituent un socle sur lequel repose la pharmacopée moderne. Longtemps considérée comme un remède de grand-mère, la phytothérapie revient donc dans nos pharmacies sous forme de gélules, de pommades ou encore de gouttes. Ainsi, nous allons faire un petit tour d’horizon des principales plantes utilisées pour soulager ou prévenir les douleurs d’arthrose.

Harpagophytum, la plante qui soulage

C’est dans les déserts d’Afrique du Sud, le Kalahari ou en Namibie que l’on trouve cette plante rampante. Les principaux actifs se retrouvent dans les racines secondaires de l’harpagophytum et sont aujourd’hui utilisées pour la préparation des gélules. Dans les années 1970, leur rôle sur l’inflammation chronique est prouvé, avec nette amélioration de la douleur et de la mobilité articulaire. La principale propriété retenue de cette plante est son effet anti-inflammatoire.

Seule contre-indication formelle pour les femmes enceintes, l’harpagophytum déclenche des contractions de l’utérus, qui provoqueraient un accouchement prématuré.

Contrairement aux anti-inflammatoires classiques, l’harpagophytum n’a pas d’effets secondaires, notamment sur le système digestif.

Les plantes anti-inflammatoires

Curcuma

Le curcuma est une plante aux propriétés anti-inflammatoires, mais pas seulement. Tout comme le gingembre, il stimule l’activité digestive et peut contribuer à la lutte contre les microbes. Mais il a aussi des propriétés anti rhumatismales, liées à son activité antioxydante : en piégeant les radicaux libres, il agit sur l’un des phénomènes principaux impliqués dans la destruction de l’articulation. Ses propriétés anti-inflammatoires puissantes en font un allié dans le traitement de l’arthrose, de l’arthrite et de la polyarthrite rhumatoïde.

Saule blanc

Cet arbre qui croît sur les sols humides d’Europe a depuis l’antiquité été utilisé pour enrayer les refroidissements, les états grippaux et les articulations douloureuses. C’est l’écorce du saule blanc qui apporte les composés ayant la propriété de se transformer en acide salicylique après digestion et absorption dans l’organisme. Son action anti-inflammatoire sur les articulations douloureuses est dénuée des inconvénients liés à l’aspirine au niveau digestif. Il peut totalement être corrélé à l’harpagophytum pour maximiser les effets anti-inflammatoires.

Frêne

Arbre commun en Europe, ce sont les feuilles du « frêne élevé » qui sont utilisées en phytothérapie pour leurs propriétés anti-inflammatoires salicylées. Les tisanes sont également consommées pour favoriser l’élimination rénale de l’eau.

Reine-des-prés

Ses propriétés anti-rhumatismales sont contenues dans les fleurs de la plante fraîche, riches en composés salicyliques. Elle a aussi une action contre la cellulite, dans le traitement des œdèmes ou encore de la fièvre. Elle est particulièrement efficace pour lutter contre l’inflammation en association avec l’harpagophytum.

Les plantes reminéralisantes

Grâce à des plantes aux vertus reminéralisantes, la phytothérapie peut aider à agir sur le phénomène centre de l’arthrose : la destruction du cartilage.

Prêle

Il n’est pas utilisé en phytothérapie pour des composés spécifiques, mais parce que c’est une plante riche en minéraux, et principalement en silicium et potassium. Ses vertus reminéralisantes augmentent la synthèse du collagène, une substance essentielle dans la structure du cartilage. Elle contribue aussi à renforcer et réparer le squelette osseux.

Ortie

Plus connue pour son action sur les phanères (elle est préconisée lors de chute de cheveux et ongles cassants) l’ortie possède des propriétés reminéralisantes et reconstituantes, avec une quantité importante de fer et de silice utilisée pour soigner les douleurs articulaires. Les racines d’orties, qui contiennent d’autres substances, sont elles utilisées pour soigner les troubles masculins liés à la prostate.

Lithothamne

C’est une petite algue qui fixe le calcium, le magnésium, le fer ainsi que d’autres oligo-éléments. Notons que les personnes souffrant de pathologies ostéoarticulaires et qui ont des rhumatismes présentent une acidité qui favorise la perte des minéraux. Le carbonate de calcium contenu dans le lithothamne a comme propriété de neutraliser cette acidité.

Comment perdre le gras du ventre ?

La grande question que tout le monde se pose… comment perdre ce fameux bourrelet, petit (ou pas si petit), mais tenace, au niveau du ventre ?

Tout d’abord, sachez qu’au niveau de la graisse corporelle, nous ne sommes pas tous égaux. Certaines personnes vont pouvoir manger en grande quantité et rester mince. D’autres grossissent juste en passant devant la boulangerie… Oui c’est inégal, mais cela s’explique. La personne restant « fit » a tendance à avoir un corps qui utilise de manière plus efficace les calories ingérées. Leur corps n’a donc pas à stocker le surplus d’énergie sous forme de graisse. C’est souvent une différence de métabolisme qui est responsable de cela, elle-même issu en grande partie par nos gènes.

MAIS vous pouvez être rassuré, cela ne veut pas dire que c’est une fatalité et que nous ne pouvons rien faire. Nous pouvons influer sur le métabolisme grâce à l’activité physique et une nutrition adaptée.

Au repos, les muscles sont plus gourmands en énergie que la graisse. Ainsi si vous développez votre masse musculaire, vous allez augmenter le besoin en énergie de votre corps et ainsi développer votre métabolisme de base.

Une nutrition adaptée permettra de diminuer la sécrétion d’insuline, l’hormone qui régule la glycémie, mais aussi favorise le stockage de graisse lors de pics d’insuline (par exemple après un gros repas).

Cela ne servira à rien en revanche de réaliser 10 000 abdos par jour… Il faudra adapter votre activité physique avec des exercices engageant le maximum de groupes musculaires possibles dits polyarticulaires, afin de développer plus facilement votre masse musculaire.

Boostez votre adrénaline

L’adrénaline augmente nos dépenses énergétiques en augmentant notre métabolisme de base, c’est-à-dire l’énergie minimale requise pour le fonctionnement de l’organisme (respiration, digestion, mouvement…) Grâce à l’adrénaline, notre chaudière interne dépense plus d’énergie, mais comment donc la booster ? L’adrénaline est une réponse à un stress : colère, situation stressante, rendez-vous amoureux… mais aussi par l’exercice physique intense. Ce qui remet en question la vieille croyance selon laquelle vous devez faire du « cardio » pour perdre de la graisse. Les exercices cardiovasculaires intenses (musculation polyarticulaire, travail intermittent) sont plus efficaces pour perdre de la graisse que les exercices cardiovasculaires d’endurance, car durant un effort intense, la sécrétion d’adrénaline est plus intense.

Maîtrisez votre insuline

Une alimentation équilibrée fournit protéines, glucides et lipides. L’organisme utilise les protéines comme « matériaux de construction », les glucides et les lipides comme combustibles pour fournir de l’énergie. Mais il a une préférence. Si l’organisme dispose à la fois de glucides et de lipides, ce sont les glucides qu’il va prioritairement « brûler ». En effet, pour assimiler le glucose, le pancréas sécrète de l’insuline qui permet au sucre d’entrer dans les cellules. L’insuline de ce sucre est directement utilisée pour produire de l’énergie, une autre est stockée au niveau du foie et des muscles sous forme de glycogène. Mais l’insuline peut à la fois stimuler la combustion du glucose, mais aussi bloquer la combustion des graisses. Donc pour éliminer le bourrelet tenace du ventre, il faut que l’organisme ait toute latitude pour mobiliser les graisses de réserve, ce qui est incompatible avec des taux d’insuline élevés. Pour réussir à puiser dans les réserves de graisse, il est donc primordial d’éviter les pics répétés d’insuline qui empêchent l’organisme d’accéder à ces réserves.

Donc, comment limiter le taux d’insuline ? Tout simplement en surveillant la qualité et quantité des glucides consommés, en regardant l’index glycémique et la charge glycémique des aliments et éviter les taux élevés, au profit des taux bas ou moyen. Le deuxième aspect est d’accroitre la sensibilité de ses muscles à l’insuline et pour cela les faire travailler par une activité physique régulière.

 

Vous avez maintenant les grands secrets pour perdre enfin ce petit bourrelet du ventre. Il n’y a plus qu’à foncer !

16 juin 2022 par comdgan 0 Commentaires

Les meilleures graisses saines à incorporer dans votre alimentation

Nombreux sont ceux qui décident de réduire voire éliminer les sources de graisses de leur alimentation. Une consommation abusive de ces graisses entraîne, entre autres, des troubles métaboliques et des maladies. Or, avec les glucides, les lipides sont l’une des plus grandes sources d’énergie pour le corps. Elles sont donc nécessaires pour un fonctionnement optimal de l’organisme.

Encore faut-il consommer des graisses saines : celles qui protègent l’organisme des troubles à risque, tels que l’hypercholestérolémie, l’hypertension…

Bien que ces graisses saines soient sources de calories, les introduire dans l’alimentation permet d’obtenir de nombreux bienfaits. Voici 6 sources de graisses saines que vous pouvez consommer régulièrement.

Les poissons « bleus »

Tous les poissons dits « bleus » sont d’excellents aliments. Ils contiennent des protéines et sont l’une des sources les plus riches en acides gras oméga-3.

En consommer régulièrement vous permet de réduire le risque de développer une maladie cardiaque, contrôle les processus inflammatoires de l’organisme et prévient le déclin cognitif. Parmi les plus recommandés :

  1. Saumon
  2. Maquereau
  3. Truite
  4. Sardine
  5. Hareng
Régime Boisson Cétogène Acide Gras Saturé Triglycérides Noix De Coco Antioxydant Énergie Graisse Paléo Beurre Cholestérol Végétarien Acide Caprique

L’huile de noix de coco

Bien que 92 % de l’huile de coco soit composée de graisses saturées, elle est considérée comme étant saine, car 65 % correspondent à des acides gras à chaîne moyenne. Ce type de graisse est facilement métabolisé pour fournir de l’énergie au corps.

De plus, elle contient de l’acide laurique, un acide qui lui confère une action antimicrobienne et anti-inflammatoire, idéale pour renforcer le système immunitaire.

Le cacao

Le cacao est un aliment qui possède de formidables propriétés. Le beurre de cacao contient 38 % de graisses mono-insaturées et 3 % de graisses polyinsaturées.

Le chocolat noir, avec un minimum de 70 % de cacao, est l’un des meilleurs aliments pour tirer parti des bienfaits du cacao. Un apport modéré prévient les maladies cardiaques, le stress, certains troubles dégénératifs liés à l’âge, ainsi que les dommages oxydatifs.

Cacao Chocolat Poudre Confiserie Délicieux Noir Dessert Blanc Bonbons Pâtisserie
Italie Grecque Recette Italien Végétalien Vert Ingrédient Cuisine Méditerranéen Européen Culinaire Romarin Olive Régime Bio Nutritif Espagne Végétarien Extra Vierge

L’huile d’olive vierge extra

Tant qu’elle est de type vierge extra, l’huile d’olive est composée de 71% de graisses monoinsaturées, 16 % de graisses saturées et 13 % de graisses polyinsaturées. C’est donc l’une des sources les plus complètes de graisses saines que la nature nous offre.

Étant obtenue par une méthode de pressage, elle conserve ses propriétés et est une excellente source d’antioxydants. Elle prévient des maladies, favorisent la perte de poids et améliore la santé de la peau.

L'avocat

Les avocats sont des fruits riches et polyvalents. Ils contiennent 60 % de graisses mono-insaturées, 25 % de graisses saturées et 15 % de graisses polyinsaturées.

Ils fournissent également des quantités importantes de fibres, d’antioxydants et d’autres nutriments essentiels qui activent les fonctions vitales de l’organisme.

Les acides gras mono-insaturés de l’avocat jouent un rôle important dans la diminution du taux du mauvais cholestérol. Il joue donc un rôle positif dans la prévention des maladies cardiovasculaires.

Avocat Fruit Entier Moitié Frais Tropical Biologique Mûr Nutrition Naturel Aliments

Les oléagineux

Les oléagineux représentent la famille de végétaux dont on peut extraire de l’huile.
On y trouve les graines oléagineuses sont les « embryons » des plantes, et les fruits secs oléagineux sont des fruits secs à coquille épaisse.
Parmi des exemples de « noix » : les amandes, les noisettes, les noix de Grenoble, de cajou, du Brésil, de pécan, de macadamia, de coco…
Et de graines : tournesol, courge, sésame, lin, colza… Mais aussi les pignons de pin, pistaches et olives.
Ces oléagineux contiennent des acides gras oméga-3, des fibres, des protéines et d’autres substances bénéfiques pour la santé cardiovasculaire, musculaire et articulaire.
Les graines et les huiles obtenues à partir de celles-ci sont de bonnes sources de graisses naturelles saines non transformées. Elles contiennent des acides gras oméga-3 et oméga-6, ainsi que des fibres solubles et des substances antioxydantes.

26 mai 2022 par comdgan 0 Commentaires

Augmenter son métabolisme ! Mais qu’est-ce que le métabolisme ?

La notion de métabolisme

Pour faire simple, le métabolisme représente le nombre de calories que votre corps doit consommer uniquement pour assurer ses fonctions de base, sans compter les calories que vous dépensez au boulot, au sport, etc.

Lorsque le nombre de calories absorbées par l’alimentation est supérieur à la valeur du métabolisme c’est-à-dire au nombre de calories dépensées pour que le corps puisse fonctionner, il y a stockage du surplus sous forme de graisse.

Pour rester svelte, voire perdre du poids ou plus précisément des graisses, il faut trouver un bon équilibre, soit en diminuant les calories absorbées (tout en équilibrant correctement les substrats énergétiques concernant à la personne) soit en augmentant son métabolisme, soit en faisant les deux en même temps.

L’augmenter revient à accroître ses dépenses énergétiques et donc à brûler plus de calories. L’activité physique ainsi qu’une alimentation adaptée et ciblée aident à augmenter son métabolisme.

Une activité physique augmente naturellement le métabolisme : pour subvenir aux besoins du moment, l’organisme puise en effet dans ses réserves pour alimenter les cellules musculaires. C’est le processus du catabolisme. L’activité physique, sur un plus long terme, augmente aussi le métabolisme, notamment par l’augmentation de la masse musculaire, nécessitant plus d’énergie au corps pour fonctionner et donc besoin de brûler plus de calories.

Le fait de manger n’apporte pas seulement des calories. En effet, la digestion a un coût énergétique plus ou moins grand en fonction des aliments absorbés.

Perdre des graisses au repos !

Augmenter son métabolisme de base revient à brûler plus de calories au repos, sans rien faire par exemple en dormant ! c’est d’ailleurs au repos que notre corps brûle le plus de graisses en proportion des substrats dégradés. Une augmentation de 1 % de sa valeur de base permettrait de dépenser, selon l’âge, le poids, le sexe, entre 10 et 20 kilocalories de plus par jour, soit 3600 à 7300 kilocalories ou encore 350 à 700 grammes de graisse.

Astuces pour augmenter son métabolisme

Je ne mange pas gras et pourtant j’ai de la graisse…

De nombreuses personnes se disent : « J’ai supprimé le gras de mon alimentation, je ne mange pas beaucoup et pourtant j’ai de la graisse plein le ventre et les cuisses ».

Cela a même dû vous arriver parfois, non ?

Premièrement, comprenez une chose, les graisses ont mauvaise réputation, mais ont aussi un rôle primordial dans votre alimentation. Elles participent au bon fonctionnement de votre organisme, vous assurent une source d’énergie et favorisent l’assimilation de certains nutriments.

Les 3 types de lipides

Les saturés

Présents dans les laitages, viandes, charcuteries… souvent tout ce qui provient de l’animal.

Consommés en excès, ces graisses se déposent sur la paroi des artères et peuvent entraîner du cholestérol et des accidents cardio-vasculaires. Mais cela ne veut pas dire les bannir, car le rôle est important. Ils contiennent généralement d’autres nutriments essentiels (protéines, calcium et autres composants pouvant affecter positivement le fonctionnement de l’organisme).

Acides Animal Bacon Beurre Fromage Crème Graisse Gras Aliments Porc Saturé Saucisse Trans
Régime Poisson Aliments Frais Huile Oméga 3 Saumon Truite

Les acides gras polyinsaturés

Ils doivent être consommés au quotidien, car ils sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme qui ne peut les synthétiser. Il est préférable de les consommer en même temps que des substances antioxydantes (vitamine A, C, E…). En effet, ils ont tendance à s’oxyder rapidement. On les trouve dans les huiles de maïs, tournesol, soja, pépins de raisins, poissons, etc. À noter qu’ils permettent également l’assimilation de ces vitamines donc les supprimer serait néfaste pour l’organisme.

Les acides gras mono insaturés

Ils ont le pouvoir de baisser le taux de mauvais cholestérol sanguin. On les trouve dans certaines huiles végétales telle que l’olive ou le colza, l’avocat… Il s’agit des oméga 3, oméga 6 et oméga 9.

Acide Amande Avocat Brocoli Capsule Chia Cholestérol Régime Graisse Huile De Lin Graine De Chanvre Céto Cétogène Oméga Paléo Superaliment Supplément

Souvent lorsque l’on réduit les graisses, c’est au profit d’autres aliments, pour la majorité les glucides et acides gras trans*. Or c’est là que le problème arrive et que la santé est mise en jeu.

Donc, gardez à l’esprit que comme toujours, un excès de graisses n’est pas bon pour la santé et entraîne surpoids, obésité et complications, mais la carence entraîne troubles, réduit le bon cholestérol et ralentit votre métabolisme.

Tout est toujours une question d’équilibre, de qualité et de quantité pour rester en bonne santé.

 

* Acides gras trans : Utilisés dans l’agroalimentaire comme agent de texture pour rendre les aliments plus fermes et moins suintants, comme conservateurs pour éviter le rancissement ou comme désodorisant dans certaines huiles de poisson ; on les retrouve dans de nombreux produits préparés ou transformés.

Prenez soin de vous avec la vitamine D

La vitamine D, autrefois rattachée au traitement du rachitisme, se retrouve aujourd’hui pleinement étudiée et l’on découvre de plus en plus les rôles que joue la vitamine D dans le fonctionnement de l’organisme.

La vitamine D est une vitamine liposoluble fabriquée par la peau lorsqu’elle est exposée aux rayonnements ultraviolets du soleil. Attention, ici on dit bien rayonnement du soleil, à savoir les rayons de type UVB et non les rayons UVA des cabines de bronzage 😉. Mais elle peut également être apportée par l’alimentation et la supplémentation.

La vitamine D joue de nombreux rôles dans l’organisme, dont le plus connu concerne la santé osseuse, mais pas seulement. En effet, la vitamine D est clairement impliquée dans la prévention d’un grand nombre de maladies : cancers, infarctus, ostéoporose, infections… Elle prévient la dépression annuelle saisonnière (en conjonction à une exposition à la lumière). Elle intervient également dans le métabolisme du calcium et stimule son absorption dans l’intestin. La vitamine D est aussi importante pour le fonctionnement du système immunitaire.

Les sources principales de vitamine D sont les graisses animales, poissons gras en particulier. Pour exemple 100 g de saumon apportent jusqu’à 400UI, soit 100 %, des apports journaliers recommandés. Le problème qui se pose à ce point étant la qualité de vos aliments qui sont souvent dépourvus de vitamines en raison de leur mode de production.

La source majeure de vitamine D restera le soleil qui la produit par photosynthèse au sein de la peau. Il faut noter qu’en hiver, la majorité de la population vivant en Europe souffre de déficit en vitamine D, en raison d’une trop faible exposition à la lumière du Soleil. En effet l’exposition à la lumière est un facteur important, mais pas le seul puisqu’il faut que la longueur d’onde des rayons de types UVB soit comprise entre 290 et 313 nm environ, conditions réunies en France uniquement entre avril et octobre en général.

D’où l’intérêt d’avoir une alimentation adéquate, pour maintenir des niveaux de vitamine D suffisants, notamment durant l’hiver.

En cas de déficit, il est possible de se supplémenter en vitamine D. Les compléments alimentaires contiennent de la vitamine D2 (ergocalciférol, fabriqué par des plantes) ou de la vitamine D3 (cholécalciférol, principalement d’origine animale), plus efficace. Mais attention au surdosage, comme toujours trop de vitamine D ne sera pas bénéfique, et attention également au mode d’administration. En effet une ampoule surdosée ne sera pas bénéfique puisque vous n’absorberez pas la totalité, privilégiez un dosage plus léger, mais régulier afin de bien la synthétiser et pouvoir l’utiliser.

Idée reçue : Le régime hypocalorique est la solution pour perdre du gras

Sur le papier cela paraît logique, je mange moins donc j’apporte moins de calories ingérées à mon organisme, donc je perds du poids. Sauf que les corps humain ne fonctionne pas ainsi. Cela serait trop facile !

Les régimes hypocaloriques restrictifs paraissent la solution immédiate et logique pour réussir votre perte de poids. Le nombre de ces régimes qui fleurissent est une absurdité totale, car ils vont engendrer le cercle vicieux : carences, troubles du comportement, frustration, et reprise de poids.

En effet, premier obstacle : estimer votre besoin calorique. Prenez 10 personnes qui font la même taille et le même poids, par exemple. Aucune de ces personnes n’aura les mêmes besoins caloriques, car cela va dépendre de leur métabolisme de base, de leurs activités professionnelles, de leurs activités physiques, de leur digestion, etc.

Déjà on comprend vite qu’un régime hypocalorique restrictif, que l’on puisse trouver sur internet ou dans les magazines, où l’on vous dit vous êtes un homme vous dépensez donc 2000 kcal il faut descendre à 1300 kcal ou vous êtes une femme, vous avez besoin de 1500 kcal donc pour perdre du poids vous devez être à 1000 kcal, n’a absolument aucun sens.

Notez au passage que lorsque vous enchaînez des régimes hypocaloriques, le corps accroît de plus en plus sa résistance à la privation et brûle de moins en moins de calories…

En clair, votre corps comprend que vous le restreignez et qu’il n’a pas le carburant nécessaire pour fonctionner correctement. Il va donc se mettre en mode « sécurité » et ralentir le nombre de calories brûlées vu qu’il n’en reçoit pas suffisamment. Il ralentit ainsi votre métabolisme. Il s’en suit une fatigue chronique, sommeil perturbé, irritabilité, déficience en minéraux qui peuvent pousser à l’anémie dans certains cas, etc.

Autre point très important, il est déjà très difficile d’estimer le niveau de calories de chaque aliment. En plus de ça, se baser sur un objectif de calories ne donne aucune valeur à la qualité de vos aliments. Vous pouvez tout à fait vous fixer 1200 kcal, mais manger 1200 kcal de frites. Pourtant vous aurez atteint votre objectif de calories journalières…

Pour aller plus loin sur les idées reçues de l’alimentation, nous vous conseillons la lecture « Régimes : on vous ment ! les 10 idées reçues qui vous tuent » de Bénédicte Le Panse.

5 avril 2022 par comdgan 0 Commentaires

Le pouvoir des plantes – Partie 2

Le Safran

Tout le monde connait le safran en tant qu’épice, très recherchée pour ses propriétés gustatives, mais pas seulement, il est utilisé depuis des siècles pour ses propriétés médicinales, à commencer par son rôle bénéfique dans les troubles de l’humeur grâce à l’action simultanée de la crocine et du safranal, qui semblent pouvoir moduler les niveaux de sérotonine et ainsi avoir un effet bénéfique sur les problématiques de dépression, baisse de moral, insomnies, anxiété.

Le safran est également connu pour ses bienfaits sur la digestion, réduction de l’inflammation et dans les troubles menstruels.

La crocine et la crocétine, contenues dans le safran, sont deux caroténoïdes qui jouent un rôle d’antioxydants naturels, ils protègent les cellules et les tissus des effets préjudiciables des radicaux libres grâce à la synergie avec les autres composants comme le safranal, et les flavonoïdes ; le safran est donc très intéressant dans les problématiques liées au stress oxydatif et donc contre le vieillissement cellulaire.

 

Enfin il semble avoir un effet bénéfique au niveau des taux de triglycérides et de cholestérol. Contrairement à la crocétine, la crocine ne passe pas la barrière digestive lorsqu’elle est absorbée par voie orale et exerce son activité antilipémiante en limitant l’absorption des graisses et du cholestérol via une inhibition de la lipase pancréatique.

Le Boswellia

Le Boswellia est un arbre de taille moyenne que l’on retrouve dans les régions montagneuses et sèches de l’Inde. Le Boswellia serrata occupe d’ailleurs une place de choix dans la médecine traditionnelle indienne, car il possède de nombreuses vertus, étudiées que très récemment par le milieu médical occidental.

On s’est notamment rendu compte que la prise de Boswellia pouvait diminuer la production de cytokines pro-inflammatoires qui sont destinées à détruire des tissus tels que le cartilage, les cellules productrices d’insuline et les tissus bronchiques et intestinaux. C’est pourquoi l’extrait de boswellia est utilisé dans de nombreuses maladies inflammatoires telles que larthrose, les maladies inflammatoires de lintestin ou lasthme, en jouant un rôle de stimulant pour le système immunitaire.

Il est souvent utilisé pour apaiser les douleurs abdominales liées aux maladies inflammatoires des intestins (colite ulcéreuse, maladie de Crohn).

La Baie de Maqui

Petite plante issue des forêts du Chili et de l’Argentine, la baie de Maqui est considérée comme un super aliment pour ses propriétés anti-inflammatoires puissantes.

Elle bénéficie d’un indice ORAC* de 27 600 (en Mole/100 g) (soit près de 5 fois la valeur de la myrtille, connue comme aliment antioxydant par excellence).

Une telle concentration d’antioxydants permet à la baie de Maqui de ralentir drastiquement l’action des radicaux libres sur les cellules. Elles vieillissement et s’oxydent donc moins vite.

La richesse en minéraux des baies de Maqui aide le corps à éliminer les toxines. En effet, les études montrent que le fruit de l’aristotelia chilensis dispose d’une forte concentration de vitamines, notamment de la vitamine A et C. Il apporterait également à l’organisme du potassium et du fer. Ces minéraux assainissent l’organisme et l’aide à drainer les différentes toxines.

* Notez que l’indice ORAC étant l’acronyme de Oxygen Radical Absorbance Capacity signifiant en français : capacité d’absorption des radicaux oxygénés.

15 mars 2022 par comdgan 0 Commentaires

Le pouvoir des plantes – Partie 1

Éliminer et mincir en douceur et en respectant votre corps. Les plantes peuvent être une aide précieuse pour sculpter votre corps. En voici quelques exemples :

Le thé vert : aide minceur

Le thé vert est principalement indiqué pour mincir et l’excès de poids lié à la sédentarité. Il favorise la perte de poids grâce à la théine qu’il contient. En effet, la présence de théine favorise l’évacuation des graisses hors des adipocytes par stimulation enzymatique : les triglycérides de réserve sont mobilisés sous la forme d’acides gras libres, facilement éliminés par l’organisme. L’extrait de thé permet d’accroître la thermogénèse (augmentation de la température corporelle). Il va donc favoriser la combustion des graisses. Les composés phénoliques présents dans les feuilles de thé vert diminuent l’assimilation des glucides et des lipides alimentaires et limitent ainsi le nombre de calories absorbées.

Le guarana : vitalité et minceur

Plante idéale pour lutter contre plusieurs facteurs. Il est à la fois antistress, anti-fatigue et stimulant des activités physiques et cérébrales, coupe-faim naturel, anti diarrhéique, anti grippal et analgésique et anticellulite.

Il stimule l’action de brûler les graisses stockées dans l’organisme au niveau des adipocytes. Ces plantes favorisent la désincrustation de la graisse, puis son élimination. Il stimule la libération de catécholamines, dont l’adrénaline, qui permet à l’organisme de brûler de façon plus importante les graisses et mincir. Il contient également de la caféine qui va avoir un effet coupe-faim et va diminuer la sensation de fatigue.

L’ananas : lutte contre la cellulite et la rétention d’eau

Utilisé principalement pour ses propriétés désinfiltrantes. Son usage est particulièrement recommandé en cas de cellulite associée à de la rétention d’eau ou à une surcharge pondérale. En effet, la tige d’ananas contient une grande quantité d’enzymes protéolytiques, la bromélaine, qui scinde les grosses protéines (qui sont anormalement secrétées dans certains tissus cellulitiques) en accélérant ainsi leur digestion et facilitant leur évacuation.

Le charbon végétal : idéal pour un ventre plat

Excellent absorbant des gaz, des bactéries et des toxines contenues dans le tube digestif, il est efficace pour les ballonnements, colites, mauvaises haleines, douleurs abdominales, goût acide au réveil. Il permet de retrouver un ventre plat.

La papaye : digestion difficile et cellulite

Elle contient un complexe enzymatique, la papaïne, qui permet d’affiner la silhouette et agir sur la cellulite. Elle va permettre de digérer les protéines et le collagène impliqués dans la cellulite. Elle va également fractionner les pectines, sucres et lipides et va ainsi permettre de drainer, et d’évacuer les amas graisseux superflus.

Le pissenlit : dépuratif

Action diurétique et sans effet indésirable, il permet de nettoyer l’organisme en éliminant les toxines accumulées. Agit également au niveau digestif en augmentant l’écoulement de la bile et stimule le foie. Les cures de pissenlit doivent se faire à chaque changement de saison et en cas d’excès alimentaires.

2 mars 2022 par comdgan 0 Commentaires

Principes alimentaires généraux – 6 règles d’or

  • Ne jamais sauter de repas

    Cela pousse votre corps à stocker du sucre et entraine la prise de poids. Manger moins vous fera grossir.

  • Manger à heures fixes et apprendre à structurer ses repas

    20 % des apports au petit déjeuner, 10 % en collation de fin de matinée, 35 % lors du déjeuner, 10 % lors du gouter, 25 % lors du dîner.

  • Manger sainement

    Consommer des produits frais, variés et de façon équilibrée . Éviter les produits alimentaires industriels.

  • Apprendre à manger « mieux gras », « moins salé » et « mieux sucré »

  • Consommez des fruits à coque

    Mangez des fruits à coque (hors arachides) non salés et crus qui ont une forte teneur en vitamines et en sels minéraux lors de vos encas.

  • Buvez !

    1.5 L d’eau plate minimum, tisanes, thé chaque jour, auquel viendront s’ajouter les 1 L à 1.5L durant vos entrainements. Une carence en eau ralentit le métabolisme ! Hydratez-vous en buvant de manière régulière tout au long de la journée, surtout si vous faites du sport. L’eau est indispensable aux activités liées au métabolisme, notamment la lipolyse (dégradation des graisses). Si vous n’en buvez pas suffisamment, votre métabolisme ralentira. Par ailleurs en remplissant l’estomac, l’eau donne une sensation de satiété. Elle nettoie et draine les impuretés. Elle est indispensable à l’élimination des toxines.